Air Madagascar

Air Madagascar est la compagnie aérienne nationale malgache. Créée en 1961 sous le nom de Madair, elle prendra son nom définitif l'année suivante. Elle est membre de l'Alliance Vanille à compter de la fondation de cette alliance en juin 2015

La vanille

La vanille Bourbon ou vanille de Bourbon est un label créé en 1964 pour différencier les productions de vanille (Vanilla planifolia) de l'Océan Indien. Madagascar produit 60% de la vanille mondiale

Hery Rajaonarimampianina

Le 17 janvier 2014, il est officiellement proclamé président de la République par la Cour électorale spéciale, avec 53,49 % des suffrages devant son adversaire, Jean-Louis Robinson, crédité de 46,51 %7. Le camp de ce dernier accuse cependant de fraude électorale celui du nouveau président. Dès son élection, Rajaonarimampianina devient le chef d'État ayant le plus long nom avec 44 lettres dans son nom complet, et 19 dans son nom de famille. Il est investi le 25 janvier 2014 à Mahamasina en présence de son adversaire qui a reconnu sa défaite quelques jours plus tôt.

Interview Exclusive de Tiana Valiso Rakotonirainy, Présidente de l’association Tsarà

4 Comments
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Logo Association Tsarà

Tiana, bonjour, votre association vient de marquer un grand coup dans le domaine de la santé publique en offrant des générateurs de dialyse accompagnés d’autres matériels et des lots de médicaments destinés au traitement des malades rénaux à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona d’Antananarivo. Expliquez-nous déjà comment est née votre association et quel est son objectif, la ou les missions qu’elle se donne.

L’association Tsarà a été créée suite un cheminement personnel :  aide familiale durant plusieurs années, j’ai accompagné un malade insuffisant rénal et partagé son combat avec la maladie depuis 1990. L’insuffisance rénale était devenue un quotidien et la dialyse rythmait mes semaines. A l’issue d’une aggravation de la maladie faisant perdre complètement la fonction rénale du malade, un test de compatibilité favorable m’a fait prendre la décision d’offrir un de mes reins à ce même malade.

Donneuse d’organe en février 2010, cette belle expérience de vie m’a boostée pour m’intéresser cette fois-ci aux miens, ceux de Madagascar, qui traversent les mêmes lourdeurs de soin. Voilà comment l’association Tsarà a vu le jour, il s’agit d’une preuve de solidarité que les frontières n’arrêtent pas.

Comment vous est venue l’idée d’agir conjointement avec l’Etat tout en gardant votre statut d’association et en préservant votre indépendance ? Tiana - Chargement des générateurs

L’association Tsarà a choisi de saisir toutes les mains tendues : fondations, banques, équipes sportives, pharmaciens, artistes, personnels soignants…  pour mener à bien tous les objectifs définis depuis sa création :

  • Promouvoir un programme d’aide, de soutien et d’accompagnement aux malades qui souffrent d’insuffisance rénale à Madagascar
  • Réduire les inégalités de traitement et de soins
  • Ralentir l’évolution de la maladie
  • Pérenniser l’action entreprise.

Dans la mesure où notre action d’aide est destinée principalement aux hôpitaux publics malgaches, l’Etat devenait un acteur incontournable vers lequel nous nous sommes orientés. Son appui devenait indispensable. Plusieurs approches avaient été initiées auprès de différents services malagasy et nous avons eu la surprise de l’appui sans conditions de la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, qui s’est mise en avant pour nous accompagner dans cette première étape de notre action. Nous lui réitérons encore une fois notre profonde reconnaissance pour son soutien et son accompagnement, sans oublier le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, qui a honoré de sa présence la cérémonie de remise et d’installation des générateurs d’hémodialyse à l’HJRA et permis la réalisation de ce projet. Bien sûr, notre association Tsarà garde totalement son autonomie et son indépendance, et nous continuerons à collaborer autant que possible avec les autorités malagasy et en soutien aux oeuvres sociales de la Première Dame pour aider à améliorer les soins des patients souffrant d’insuffisance rénale qui est notre domaine d’action. Cet accompagnement apporté par l’Etat malagasy, et à travers les actions de la Première Dame, constituent un réel coup de pouce en faveur de ces malades à Madagascar qu’on porte à bout de bras, et contribuera à l’amélioration des soins dans le domaine de la santé publique.

Depuis combien de temps préparez-vous cette mission à Madagascar ?

Nous sommes depuis près de 18 mois sur 2 projets de mission sur Madagascar. Le premier concerne évidemment le soutien logistique concrétisé par l’apport de matériel biomédical de ce mois d’Août 2015. Le deuxième se fera sur le moyen terme car nous axons désormais tous nos moyens sur la pratique de la transplantation rénale à Madagascar. Nous y croyons. On sait que c’est possible.

Madagascar est doté de professionnels compétents en qui nous faisons entièrement confiance. Un contact préalable avec le professeur Lova Randriamanantsoa a eu lieu en juillet 2012. Il est important que la sensibilisation au don d’organe fasse l’objet d’une communication car ce n’est pas simple de faire accepter cette notion connaissant notre culture, les valeurs religieuses, les croyances etc.

Une participation de l’Etat dans le cadre de cette communication et de cette sensibilisation serait un renfort non seulement idéal mais primordial.

Dadah (Président d'Honneur) - Concert levée de fondsVous avez une figure emblématique de la scène artistique malagasy en tant que Président d’Honneur, mais sachant qu’il est lui-même médecin, neuro-chirurgien à l’HJRA, donc au fait des besoins dans le domaine de la santé publique. Etait-ce important pour vous qu’il ait une connaissance profonde de la réalité des patients ?

Avant même de s’engager sans retenue auprès de l’association Tsarà, le docteur Rakotobe Andrianabela , notre président d’honneur, avait connaissance du combat que menaient les malades insuffisants rénaux. Ce sujet ne lui était pas nouveau. C’est d’ailleurs dès notre toute première rencontre qu’il a décidé sans hésitation de faire partie de Tsarà et ses projets. Depuis, c’est un véritable membre d’honneur dédié et investi qui soutient et suit toutes les opérations de Tsarà.

D’autres associations qui soutiennent les malades insuffisants rénaux sont basées à Madagascar. Tsarà n’est pas la seule à apporter son soutien aux malades, heureusement.

L’un des avantages d’avoir un président d’honneur « médecin », c’est que les parcours de soins et de santé des personnes malades à Madagascar ne lui sont pas inconnus. Evidemment, c’est un atout majeur de pouvoir nous appuyer sur lui.

Par ailleurs, vous avez parlé de son aura médiatique : qui ne connaît pas Dadah des Mahaleo ? C’est un homme au grand cœur et très discret. Il nous a offert 2 concerts musicaux sur Lyon. Concerts sur lesquels tous les bénéfices ont été versés intégralement à l’association Tsarà. Ce qui nous a permis de faire nos premiers pas en matière de prospection partenariale.

Qui sont vos partenaires ? Avez-vous des financiers ou des mécènes ?  

L’association Tsarà a frappé à toutes les portes qui se trouvaient sur son chemin :

  • les artistes qui nous ont soutenu viennent de tous bords (Mamiso et Meva / groupe franco-malgache, les groupes de Gospel: GospelColors, Sunrise), Ami et Al / groupe sénégalais, Kenzy Lamara, le groupe Soatoavina),
  • ensuite nous avons des partenaires solides qui sont la fondation Mérieux de Lyon et les Services Généraux de Romans sur Isère,
  • la pharmacie officine Cretin de Caluire,
  • la société Domplus de Grenoble,
  • le fabricant numéro 1 mondial de générateurs de dialyse,
  • l’équipe médicale pilotée par le professeur Henri Vacher-Coponat de Marseille (anesthésiste, néphrologues, chirurgien urologue, cadres infirmiers) Arrivée générateurs hémodialyse HJRA

Quelle est la prochaine étape des actions de Tsarà ?

La prochaine étape est inéluctablement notre envol vers la Transplantation rénale. Aujourd’hui, plusieurs techniques de transplantation sont mises en place par les scientifiques. Moi-même, lorsque j’avais fait un don d’organe, j’avais bénéficié d’une méthode par voie ombilicale : méthode qui ne laisse que 3cm d’incision visible.

Je laisserai les médecins s’exprimer sur les méthodes à utiliser à Madagascar car il faut que les moyens mis à leur disposition soient en adéquation et surtout conformes à l’assurance d’une opération réussie.

De quelle façon effectueriez-vous le suivi de vos actions ? Le premier problème des hôpitaux publics à Madagascar étant le manque de médicaments et de matériels, comptez-vous assurer une certaine forme d’assistance par rapport à ces matériels de pointe et par rapport aux produits nécessaires pour les soins des malades qui pour la plupart sont limités financièrement ?

Le matériel biomédical qui vient d’être attribué à HJRA est accompagné d’un certain nombre de pièces détachées neuves qui permettront d’assurer l’entretien technique. Je ne suis pas technicienne en la matière mais je laisserai le soin à l’équipe du professeur Lova Randriamanantsoa de définir les besoins qui en découleront.

Il serait intéressant que les techniciens de HJRA soient formés à l’entretien de ce nouveau matériel. Tout ce qu’on sait, c’est que le nouveau matériel apporté par l’association Tsarà est de la même marque que ceux qui sont déjà utilisés actuellement, depuis plusieurs années.

Pour ce qui concerne la greffe rénale, les médecins de l’équipe Tsarà pourront épauler l’équipe malgache jusqu’à obtention d’autonomie réelle. Là encore, la contribution de l’Etat pour nous aider à acheminer notre équipe sera la bienvenue. J’évoquerai cette éventualité avec la Première Dame lorsque j’aurai l’occasion de la rencontrer.

A terme, quel serait l’ultime objectif ou mission de Tsarà ?

La mission de l’équipe Tsarà à long terme est de venir en aide de façon pérenne selon les besoins sur place et leurs évolutions, mais aussi d’être présente comme conseiller en cas de besoin lorsque les équipes auront acquis leur autonomie. Une fois que le processus sera intégré et en place pour l’HJRA, Tsarà souhaite étendre son action aux autres hôpitaux publics de Madagascar.

Pour finir, quel serait votre mot final quant à l’événement de ce jour et qui s’est déroulé à l’HJRA d’Antananarivo ?

Permettez-moi de profiter de cette occasion pour remercier encore une fois tous les bénévoles qui nous accompagnent depuis le début, que ce soit à Madagascar ou à l’étranger, sans qui rien ne serait possible. De même je tiens à saluer le soutien sans faille du Dr Rabearivelo et de M. Andrian qui ont contribué à la réalisation de cette dernière étape du projet.

Pour conclure, j’utiliserai plutôt une métaphore pour mieux exprimer notre esprit: « Lorsque l’on voit quelqu’un se noyer dans une rivière, on ne pense qu’à une chose lorsqu’on a la chance de savoir nager, c’est de plonger pour le sortir de là ».

Arrivée générateurs hémodialyse HJRAArrivée générateurs hémodialyse HJRAArrivée générateurs hémodialyse HJRA

 

 

 

 

 

 

 

Crédit Photos: Tsarà

Site Internet: www.tsara.org

Contact:  tiana@tsara.org ou contact@tsara.org

Tel: +33 (0)6 67 28 55 17

Page Facebook Tsarà

Dossier Presse: cliquer ici

 

 

FacebookTwitter

La beauté de Madagascar vue à travers une publicité de Samsung

No Comments
[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Splendide vidéo publicitaire de Samsung montrant la beauté des paysages de Madagascar et la richesse de sa faune
Un appel à la découverte du pays …

 

FacebookTwitter

Interview Exclusive: Mialy Seheno, Ambassadrice de la mode Malagasy

1 Comment
[Total : 2    Moyenne : 5/5]

 

Une femme qui s’habille en Mialy Seheno, c’est une femme moderne, chic, citoyenne du monde qui porte une marque de l’hémisphère Sud

 

MadaOnline/Akoory: Mialy Seheno Rakotosolofo, qui êtes-vous ? D’où venez-vous ?IMAG3694ok

Styliste-créatrice, et qualiticienne de mode et textile, d’origine Malgache. Je vis entre la France et Madagascar.

 

MadaOnline/Akoory: Qu’est-ce qui vous a poussé vers le monde de la mode ?

J’ai d’abord commencé par la peinture car au départ je ne savais pas du tout coudre, en revanche j’ai toujours rêvé de devenir une styliste de mode connue internationalement,  j’ai refusé de suivre des cours de coupe et couture à Madagascar…

J’avais aussi une maman très coquette, très élégante assez avant-gardiste qui m’a toujours transmis le goût du luxe et de l’esthétique

 

MadaOnline/Akoory : Depuis combien de temps exercez-vous et où peut-on trouver vos créations ?

J’ai commencé en 1997,  j’ai créé ma première entreprise en France en 2004. Vous pouvez trouver mes créations sur mon site internet www.mialy-seheno.com ainsi qu’en show-room privé ou lors des défilés de mode.

 

MadaOnline/Akoory: Quel type de clientèle visez-vous et dans quels pays ?

Je me situe dans le prêt-à-porter haut de gamme en Europe, en Afrique et en Amérique.

 

MadaOnline/Akoory: Vous rentrez tout juste de Milan en Italie où vous avez participé à la Journée Madagascar le 13 août en tant que « fashion
designer » malagasy dans le cadre de l’édition 2015 de l’Exposition Universelle. Comment avez-vous été contactée et comment ça s’est passé ?

J’ai été contactée par le Commissaire Général de Madagascar à l’Expo Milan via une responsable culturelle Malgache à Londres qui connaissait déjà mon travail et mon expérience. Milan étant une des capitales de la mode, le pays avait besoin d’une professionnelle malgache qui pouvait représenter à la fois la culture mais également la mode contemporaine malgache.

 

IMAG3691ok

Représenter son pays est une tâche ardue. Qu’avez-vous ressenti et quels sont les retours de votre présentation ?

Une tâche ardue et enseignante car on apprend toujours même avec son propre pays,  tout est toujours à découvrir… J’étais très heureuse des compliments des Italiens qui sont quand même parmi les meilleurs dans ce domaine et leurs compliments étaient sincères. Cela pourrait se concrétiser par des partenariats commerciaux ! Donc c’est bien pour les deux pays.

 

MadaOnline/Akoory: Vous voilà propulsée en orbite, quelles sont les perspectives à venir?

Eh oui, c’est le lancement du non-retour donc le travail sera encore plus ardu, les défilés et les shows continueront dans l’Océan Indien (La Réunion), en Europe (Luxembourg, Londres,…), en Afrique (Johannesburg,…) et en Amérique (New York, …)

 

MadaOnline/Akoory: En quelques mots, comment qualifieriez-vous votre esprit ?

Une femme qui s’habille en Mialy Seheno, c’est une femme moderne, chic, citoyenne du monde qui porte une marque de l’hémisphère sud.

 

MadaOnline/Akoory: Un dernier mot pour nos lecteurs ?

La mode est l’incarnation du bonheur sur terre car c’est la concrétisation, le fruit d’une collaboration du rêve par les créateurs et du concret par les matières et la technique des artisans.

 

MadaOnline/Akoory:

Mialy Seheno, merci de nous avoir répondu, et encore félicitations pour cette magnifique présentation de vos modèles, bonne continuation et à bientôt probablement sur un autre continent!

MSfin

 

Website: www.mialy-seheno.com

Mail   contact@mialy-seheno.com

Tél.    +33 (0)6 43 75 39 22

  Page Facebook Mialy Seheno

 

 

 

 

FacebookTwitter